LES PILIERS DE LA TERRE – Tome 1. Le rêveur de cathédrales

Dans l’Angleterre moyenâgeuse, un maçon rêve de construire la plus belle des cathédrales. Adaptation réussie de la grande saga de Ken Follett.

« Les piliers de la Terre », c’est d’abord une fresque monumentale écrite par le romancier britannique Ken Follett. C’est aussi une série télévisée produite par Ridley Scott, un jeu vidéo, un jeu de plateau et même une comédie musicale. Avec Didier Alcante (« La Bombe », « XIII Mystery ») et Steven Dupré (« Kaamelott », « Pour que respire le désert »), c’est désormais aussi une bande dessinée prévue en six volumes d’une centaine de pages chacun. Une saga préfacée par Ken Follett lui-même et qui démarre dans une Angleterre du début du XIIe siècle minée par la guerre et la famine. C’est aussi la grande époque des bâtisseurs de cathédrales avec des chantiers colossaux qui s’étalent sur des décennies et permettent à de pauvres ouvriers de subsister tant bien que mal.
Redoutable d’efficacité, ce premier tome immerge donc le lecteur dans ce lointain Moyen-âge grâce à des décors naturels ou architecturaux réalistes de toute beauté, parfois déclinés en doubles pages. Une édition spéciale en noir et blanc grand format avec une couverture originale est d’ailleurs disponible.
La narration est fluide et on suit avec grand intérêt les différents récits parallèles qui se mettent en place: un maçon dont le rêve est de construire une cathédrale qui parcourt les chemins en quête de travail avec sa famille; l’infâme seigneur William Hamleigh qui s’empare par la force du comté de Shiring; l’archidiacre Waleran aveuglé par l’ambition; le dévoué et bienveillant prieur Philip qui rêve de développer la ville de Kingsbridge; etc. Petit à petit, ils dressent à hauteur d’hommes, le portrait d’une société rude, violente, dominée par la religion et les luttes de pouvoir. Passionnant.

Dessinateur: Steven Dupré – Scénariste: Didier Alcante, d’après l’oeuvre de Ken Follett – Editeur: Glénat – Prix: 19 euros.

Share