LES CHIENS DE PRIPYAT - Tome 1. Saint Christophe

, par Estelle

Après l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, le père de Kolias et son équipe chassent les chiens errants de Pripyat pour gagner quelques roubles. Un scénario en deux tomes intrigant sur les âmes perdues de la zone irradiée.

Après "Amère Russie" - la guerre entre les Tchétchènes et les Russes dans les années 90 -, c’est encore du côté de l’ancienne Union soviétique qu’Aurélien Ducoudray nous embarque. La situation n’est pas plus réjouissante : nous sommes quelques années après l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, le 26 avril 1986, et la ville de Pripyat (50.000 habitants) située à quelques kilomètres de là - et dans la zone d’exclusion de 2.600km2 mise en place - est désormais une ville fantôme. Pourtant, une poignée d’hommes y débarquent, fusils à la main, avec une mission : éliminer les chiens errants contaminés de la zone pour gagner 30 roubles par animal abattu.
Le cadre des "Chiens de Pripyat" - cette cité restée comme figée et la nature reprenant peu à peu ses droits sur le béton – est impressionnant. Et le travail de ces hommes chargés d’éliminer les animaux de compagnie de Pripyat tout aussi stupéfiant... mais vrai puisque ce drôle de "job", Ducoudray l’a découvert dans un court passage du livre "La Supplication" de la journaliste biélorusse et Prix Nobel de littérature en 2015 Svetlana Aleksievitch qui donne la parole aux survivants de la catastrophe. A partir de là, le scénariste a construit une galerie de personnages très forts : il y a "Sanglier", un homme violent et cruel que craint son fils adolescent timide, Kolia ; il y a Sputnik dont l’ébriété permanente lui fait prendre la vie avec une certaine insouciance ; il y a l’ancien soldat Pravda chez qui le traumatisme de la guerre en Afghanistan provoque des réactions imprévisibles ; il y a Petit Père, un tireur d’élite accompagné de son chien qui n’aboie ni ne grogne jamais ; il y a cette petite vieille chargée de veiller sur des oeuvres d’art soviétiques ; il y a d’autres bandes de chasseurs et récupérateurs de métaux agressifs ; mais il y a aussi ces êtres bizarres en tenue de décontamination qui apparaissent furtivement dans la ville ou encore ce mystérieux et insaisissable gros chien noir. Autant de personnages auxquels on ne peut que s’attacher sachant qu’allant et venant sans protection dans cette zone ultra-radioactive, ils sont condamnés à court ou moyen terme, à l’instar des fameux "liquidateurs", ces hommes chargés d’éteindre l’incendie sur le réacteur n°4 puis de sécuriser la zone. Le scénario, mêlant réalité historique et pointe de fantastique, est d’autant plus accrocheur qu’il est soutenu par le dessin réaliste, soigné et expressif de Christophe Alliel. Le second et dernier tome devrait nous faire découvrir une cité de Pripyat plus inattendue et secrète.


Dessinateur : Christophe Alliel - Scénariste : Aurélien Ducoudray - Editeur : Grand Angle - Prix : 13,90 euros.

- Interview d’Aurélien Ducoudray : "Emmener cette histoire vers du fantastique"