LA FORCE DE L’ORDRE, Enquête ethno-graphique

Une enquête « ethno-graphique » sur le quotidien de la BAC, adapté de l’essai de Didier Fassin. Instructif.

En 2011, l’anthropologue Didier Fassin publiait au Seuil une remarquée enquête sur la police des quartiers après avoir suivi pendant près de deux ans, entre 2005 et 2007, le quotidien d’une brigade anti-criminalité (BAC). Elle fait aujourd’hui l’objet d’une adaptation en bande dessinée avec Frédéric Debomy (« Une vie silencieuse », « Turquoise ») au scénario et Jake Raynal au dessin.
L’album s’ouvre sur une scène tristement banale: des jeunes sont interpellés à un arrêt de bus car soupçonnés d’avoir dégradé un véhicule. Totalement innocents, ils passeront toutefois de longues heures en interrogatoire, chacun étant informé que les autres sont passés à table… Si le format a nécessité évidemment un gros travail de résumé, ces 104 pages restent fidèles à l’essai original au niveau du constat: l’ennui des patrouilles, les pressions hiérarchiques pour « faire du chiffre », les contrôles au faciès, la discrimination des habitants des quartiers et l’exception sécuritaire à laquelle ils sont soumis et même l’idéologie d’extrême droite de plus en plus ancrée chez les agents… Comme pour souligner que la problématique est plus institutionnelle que liée aux individus eux-mêmes, le graphisme est ultra sobre – peu de décors, des visages souvent anonymes, une colorisation minimaliste froide.
A l’heure où la question des violences policières se retrouve sur le devant de l’actualité et où la surenchère sécuritaire revient dans le débat public avec la proposition de loi de Sécurité globale, « La force de l’ordre » montre en tout cas que rien n’a vraiment changé depuis les années 2000.

Dessinateur: Jake Raynal – Scénaristes: Frédéric Debomy et Didier Fassin – Editeur: Seuil/Delcourt – Prix: 17,95 euros.

Share