JEHANNE AU PIED DU MUR

Le délire est le maître mot de cet album en noir et blanc, regorgeant d’anachronismes en tout genre. L’Histoire de France comme vous ne la lirez jamais.

Que tous ceux à qui les souvenirs de cours d’Histoire donnent des boutons se réjouissent: l’heure de la vengeance a sonné.

Connu surtout pour sa série « Le Génie des Alpages » prenant comme héros un berger, son chien et ses brebis, F’murr a aussi revisité à sa manière quelques uns de nos personnages historiques les plus célèbres, comme Robin des Boîtes ou Jehanne Darque. Cette dernière est à l’honneur avec la réédition en un seul volume de « Jehanne au pied du mur » suivi de « Tim Galère », deux classiques parus à l’origine en 1980 et 1985.

Jehanne d’Arque est bergère. C’est certainement le seul point commun avec son illustre homonyme, la pucelle d’Orléans, mis à part qu’elle aussi reçoit ses ordres de Dieu. Son dernier ordre de mission adressé d’en Haut justement: rejoindre Attila qui prépare le siège de Paris. Mais face à un chef Hun si avare qu’il préfère attaquer la ville à pied et seul – histoire d’économiser chevaux et flèches – et à une Jehanne qui ne pense qu’à assiéger la halle aux vins de Bercy, on se dit que F’murr a décidément pris quelques libertés avec l’Histoire !

Cette Jehanne là n’est jamais la dernière pour les soirées de beuverie. Mariée à un extra-terrestre qui se balade dans un vaisseau spatial en forme de cathédrale, elle a ensuite un fils, Timofort, héros de la seconde partie de l’album.

Vous l’aurez compris, le délire est le maître mot de cet album en noir et blanc, regorgeant d’anachronismes en tout genre. On rit beaucoup, tout en restant conscient que derrière la parodie, « Jehanne au pied du mur » c’est aussi une description de notre monde actuel et des rapports que les hommes entretiennent avec le pouvoir et l’amour.

Casterman

Share