WET MOON - Tome 3

, par Estelle

Traqué, Sata pense enfin mettre la main sur la mystérieuse fugitive et comprendre moment il a été blessé. Dénouement d’une série aux frontières de la folie.

La course s’accélère pour l’inspecteur Sata. Accusé de meurtre, poursuivi par de mystérieux individus, il tombe enfin sur celle qu’il traque depuis le début : Kiwako Komiyama, l’assistante d’un ingénieur retrouvé sauvagement assassiné.
Ses précédentes séries alambiquées "Bambi" et "Soil" ayant déjà démontré que cela n’empêche pas Kaneko Atsushi de retomber sur ses pieds, il n’est pas étonnant que le dénouement de "Wet Moon" se révèle finalement cohérent. Les pistes se rejoignent, les pièces du puzzle placées ça et là par le mangaka s’emboîtent. Mais cohérent ne veut pas dire que tout s’éclaircit parfaitement dans la tête du lecteur. Délire causé par l’esprit malade de Sata ou science-fiction ? Un dessin noir et torturé, des scènes cauchemardesque hachées et qui se télescopent, on voit ce que Sata voit, on ressent ce qu’il ressent, et des zones d’ombre persistent. "Wet Moon", récompensé par l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée dans le cadre du festival Japan Expo 2014, est définitivement une série déstabilisante.

- Casterman