PAMPA – Tome 1. Lune de sang

Un style graphique et narratif plutôt destabilisant. Ca passe ou ca casse.

Dans la pampa argentine, des indiens attaquent un village et massacrent tous les habitants. Pour se venger, le gouvernement envoie l’armée rendre la pareille à la tribu coupable. Et pendant que Francisco Parra, l’un des soldats, viole une jeune indienne, celle-ci le maudit: « Maudit soit le chrétien ! Maudit soit son sang ! Mère Lune, punis le chrétien ! ». Vingt-cinq ans plus tard, Francsco Parra est mort, laissant à ses deux fils – Zénon et Cirilo – le poids de la malédiction…

Nine, l’auteur de « Meurtres et chatiments » et du « Canard qui aimait les poules », revient et nous replonge dans un univers bien à lui, loin de tous les standards de la bande dessinée européenne. Avec un autre poète argentin, Jorge Zentner (« Le voyage de Caboto », « Nicolas Eymerich Inquisiteur »), il décrit ici l’Argentine du XIXe siècle, entre les histoires de famille, la violence, les indiens, les répressions militaires, l’amour et les malédictions. C’est un monde mêlant à la fois le merveilleux et le monstreux qui s’entrouvre.

Le dessin est superbe et évoque des tableaux. Nine mélange les techniques: le papier canson coloré à gros grains, le pastel, l’aquarelle, le crayon, les découpages et détourages, etc. Chaque case est une véritable œuvre d’art.

Le style graphique et narratif de Nine et Zentner est donc plutôt destabilisant pour le lecteur. Passé l’effet de surprise, soit il se laisse emporter avec délice soit il reste au bord du chemin. C’est en tout cas une manière très personnelle de concevoir la bande dessinée qu’il faut découvrir à tout prix.

Dargaud

Share