CHERI-BIBI – Tome 1. Fatalitas!

L’histoire de Chéri-Bibi, un boucher injustement accusé de meurtre et envoyé à Cayenne. Bertho et Boidin adaptent avec succès l’oeuvre de Gaston Leroux.

Cayenne a la cote ce mois-ci, tout comme les adaptations d’oeuvres littéraires: après « L’homme qui s’évada » de Maffre (d’après Albert Londres), c’est Chéri-Bibi, le personnage créé par Gaston Leroux qui remet en lumière l’un des bagnes coloniaux les plus célèbres, fermé en 1953.

Si la première BD est tirée de faits réels, « Chéri-Bibi » est elle une oeuvre de fiction connue également pour son adaptation télévisée dans les années 70. L’une comme l’autre traite cependant de l’inéquité du système judiciaire français au début du siècle dernier.

L’histoire démarre par l’évasion de Jean Mascart, surnommé Chéri-Bibi, et de Belle Gueule son compagnon de chaînes, pendant qu’ils travaillent au milieu de la forêt guyanaise. Mais on les retrouve plus tard dans un bateau-prison qui les ramène à Cayenne. Sur ce paquebot, la mutinerie gronde.

Transposer un roman en bande dessinée est toujours un pari: il faut faire des coupes sévères mais le récit doit rester compréhensible. Le résultat est ici plutôt convaincant. Pascal Bertho raconte en parallèle ce qui se passe sur la navire et, en flash-back, à la fois les raisons de la condamnation de Jean Mascart aux travaux forcés et ce qui s’est passé après son évasion de Cayenne. Le dessin de Boidin et surtout son travail sur les éclairages aide beaucoup à rendre les différentes ambiances de la jungle, de l’incendie sur le paquebot, etc.

« Fatalitas! » est un premier tome de présentation mais on perçoit bien les changements qui s’opèrent chez le héros au fil des événements: un honnête homme, boucher de son métier et amoureux transi, devenu un écorché vif, un leader puissant pour ses codétenus et pour les journalistes et la police « un fou sanguinaire ».

Il y a encore beaucoup de zones d’ombres – qui est le véritable auteur des crimes dont on accuse notre héros? par exemple – mais Pascal Bertho et Marc-Antoine Boidin ont prévu de poursuivre l’histoire sur deux autres tomes encore. Que l’on lira avec plaisir.

Delcourt

Share