THE KONG CREW - Tome 1. Manhattan Jungle

King Kong n’est pas mort en 1933 et il règne désormais sur l’île de Manhattan évacuée par ses habitants. Le mythe du gorille de Hollywood revu et corrigé dans une uchronie sympathique et enlevée.

Et si King Kong avait vraiment escaladé l’Empire State Building en 1933 ? Et si le célèbre gorille géant n’avait pas été délogé par l’armée ? Eh bien Manhattan aurait dû être évacuée et en 1947 l’île serait désormais une zone interdite, surveillée par la Kong Crew, une équipe d’aviateurs d’élite. A charge pour elle d’empêcher les incursions comme par exemple celle d’Irvin Stone, journaliste, et de Jonas Parker, biologiste.
Uchronie en trois tomes couleurs aux planches aérées, parue initialement sous forme de comics en noir et blanc, "The Kong Crew" est une vraie plongée dans l’ambiance des années 40-50 US où les beaux aviateurs sur leur zinc côtoient les pin-ups blondes. Sans doute un peu caricatural dans la représentation de cette époque, le récit n’en reste pas moins hyper entraînant et dynamique. Démarrant sur des bases inquiétantes (trois hommes au milieu d’une île inhospitalière), le ton s’avère plutôt celui de la comédie - avec un héros écervelé et naturellement optimiste jusque dans les pires moments - et celui de l’aventure avec la découverte au beau milieu de Central Park d’un microcosme façon "Jurassic Park" ou "Le monde perdu" bien dessiné. Un premier tome prometteur donc.
Un gros cahier graphique dévoile des couvertures d’éditions étrangères, des crayonnés ainsi que des éléments d’étude pour l’adaptation de l’histoire en série d’animation.

Dessin et scénario : Eric Herenguel - Editeur : Ankama - Prix : 15,90 euros.

- Lire l’interview d’Éric Herenguel : "La zone 51 version Kong"