SUPERDUPONT - Tome 7. In vitro veritas

, par Estelle

En voulant faire un petit à Georgette, SuperDupont va déjouer un incroyable complot. Un album décevant.

Le béret vissé sur la tête, la cape flottant au vent et la moustache fièrement lustrée, SuperDupont n’en a pas encore fini avec l’anti-France. La série créée en 1972 par Gotlib et Jacques Lob dans Pilote en est désormais à son septième tome. Dans une période de montée des extrémismes, le retour de ce personnage ridiculisant la xénophobie de certains Français tombe bien. Pourtant "In vitro veritas" n’est pas à proprement parler une nouveauté : l’histoire a été publiée en 2010 dans le magazine Fluide Glacial et les divers gags et histoires courtes qui la suivent ne sont pas plus frais même s’ils n’ont jamais été compilés en album.
Voilà donc, dans le récit principal, notre ultra-patriote qui se précipite à l’appel lancé depuis sa prison par son amoureuse Georgette qui désire avoir un enfant de lui. De fil en aiguille, le super-héros rencontrera un inquiétant gynécologue et mettra à jour un vaste complot... C’est bien sûr complètement tordu et l’ambiance potache est au rendez-vous. Reste qu’on a connu les auteurs plus inspirés et, avec son petit arrière-goût de réchauffé, "In vitro veritas" risque de ne convaincre que les aficionados les plus acharnés de la série...