SINÉ - Journal pré-posthume

, par Estelle

Les états d’âme et les coups de gueule de Siné atteint d’une leucémie. Un témoignage en forme de journal de bord qui se perd dans de virulentes et récurrentes charges contre ses ennemis personnels.

"Mourir ? Plutôt crever !" Ce n’est pas une leucémie foudroyante qui va faire baisser les bras et lâcher le crayon au dessinateur et caricaturiste politique de 84 ans qui n’a cessé d’afficher détermination et son engagement tout au long de sa carrière..."Journal pré-posthume" n’est pas une bande dessinée. Si l’ouvrage de 96 pages est ponctué de dessins de Siné, Aurel, Lindingre, Soulcié, etc, il s’agit surtout d’un journal de bord tenu du 18 septembre 2012 au 17 avril 2013. Plus de six mois de diagnostics, de séjours à l’hôpital racontés avec l’humour et le mordant que l’on connaît à Siné.
Si l’on sent le témoignage écrit avec les tripes, si l’on admire la résistance de Siné et le doigt d’honneur fait à la Mort, on a malheureusement du mal à se passionner pour ce nouveau combat... Et ce d’autant que les billets rageurs à l’encontre de son cancer sont entrecoupés de virulentes attaques contre ses ennemis. Sans surprise Philippe Val, le directeur de Charlie Hebdo qui avait licencié en 2008 Siné pour des propos sur Jean Sarkozy jugés antisémites, en prend particulièrement pour son grade. Cela frôle l’acharnement, c’est en tout cas lassant pour le lecteur. Le caricaturiste règle également ses comptes avec d’autres "amis" de l’hebdomadaire satirique comme Charb, avec les politicards ou encore avec la dessinatrice Tanxxx qui refuse d’être publiée dans Siné Mensuel. Ce n’est pas forcément fair-play et on a tout de même l’impression d’être pris en otage dans une guéguerre toute personnelle.