LOUISE MICHEL, LA VIERGE ROUGE

, par Estelle

1905, le cortège funèbre de celle que l’on nomme la Vierge Rouge traverse Paris. Un bel album qui dresse le portrait de Louise Michel, pasionaria féministe qui rêvait de changer le monde.

Paris, 1905. Alors que l’écrivain Charlotte Perkins Gilman arrive en France pour tenir une série de conférences sur le féminisme, la jeune femme qui est venue l’accueillir lui apprend que les funérailles de la célèbre Louise Michel ont lieu le jour même. Ensemble, elles évoquent le souvenir de cette révolutionnaire, figure emblématique de la Commune.
Surtout connue pour son combat pour le peuple de Paris, affamé et assiégé lors de la guerre de 1870, l’institutrice Louise Michel était une révolutionnaire dans l’âme. Cette biographie documentée, réalisée par un couple d’auteurs britanniques, n’est pas exhaustive mais elle s’appuie sur des évènements marquants pour brosser un beau portrait d’héroïne : de flashback en flashback, c’est donc son engagement sur les barricades lors de la Commune de Paris mais aussi son action sociale et éducative auprès des Kanaks lors de son exil forcé en Nouvelle-Calédonie pendant près de dix ans et ses revendications féministes qui nous sont dévoilés. Femme forçant le respect, déterminée et courageuse, Louise Michel était aussi une férue de romans d’anticipation, une rêveuse résolument optimiste croyant au progrès technique et Mary Talbot ("Suffragette") n’oublie pas cet aspect de se vie dans cet album petit format (15,3 x 21,6 cm) de 144 pages. Le dessin de Bryan Talbot ("Granville") est quant à lui réaliste, précis et classique mais l’utilisation de touches de rouge ici et là sur des planches en noir et blanc est efficace. Enfin, les notes de fin d’album permettent d’approfondir cette biographie didactique mais vivante.

Scénariste : Mary Talbot - Dessinateur : Bryan Talbot - Editeur : La librairie Vuibert - 19,90 euros.