Disparition de Siné, dessinateur provocateur

, par Estelle

Maurice Sinet, dit Siné, est décédé ce 5 mai 2016 des suites d’une opération. Il avait 87 ans.

Gravement malade, le dessinateur Siné - Maurice Sinet de son vrai nom - est décédé ce jeudi 5 mai 2016 au matin des suites d’une opération du poumon, à l’âge de 87 ans. Malgré sa maladie, il continuait de s’occuper de sa revue satirique Siné Mensuel. Il avait d’ailleurs dessiné la couverture du dernier numéro.
Le mensuel, diffusé à 50.000 exemplaires, est né en 2011, sur les cendres de l’hebdomadaire satirique Siné Hebdo, qu’il avait créé en 2008 après son éviction de Charlie Hebdo pour une chronique faisant référence à Jean Sarkozy et jugée antisémite. "Un canard qui ne respectera rien, n’aura aucun tabou, chiera tranquillement dans la colle et les bégonias sans se soucier des foudres et des inimitiés de tous les emmerdeurs !", voilà comment Siné présentait alors sa revue. Siné était l’un des derniers représentants des fameux caricaturistes des années 70, comme Wolinski ou Cabu qu’il avait côtoyés durant la vingtaine d’années passées à Charlie Hebdo.
"Mourir ? Plutôt crever !" , lançait il y a quelques années le caricaturiste, atteint alors d’une leucémie foudroyante et qui avait publié "Siné - Journal pré-posthume", un journal de bord mordant tenu durant sa maladie. Sa dernière chronique, publiée cette semaine sur le site de Siné Mensuel, était du même ordre : "Je ne pense, depuis quelque temps, qu’à ma disparition prochaine, sinon imminente, et sens la mort qui rôde et fouine sans arrêt autour de moi comme un cochon truffier. Mon moral, d’habitude d’acier, ressemble le plus souvent maintenant à du mou de veau ! C’est horriblement chiant de ne penser obsessionnellement qu’à sa mort qui approche, à ses futures obsèques et au chagrin de ses proches ! Je pense aussi à tous les enculés qui vont se frotter les mains et ça m’énerve grave de crever avant eux ! Heureusement que vous êtes là, admirateurs inconditionnels, adulateurs forcenés… vous ne pouvez pas savoir comme vos messages me font du bien, un vrai baume miraculeux ! Et banzaï malgré tout !"