CHRONIQUES DE JEUNESSE

Guy Delisle se souvient de ses étés passés à travailler dans l’usine de pâte à papier. Une chronique dans la même veine que les autres en moins exotique.

Il a raconté avec succès son quotidien en Israël, en Birmanie, en Chine et en Corée du Nord. Le Québécois Guy Delisle a cette fois choisi de faire un bond dans le passé lorsque, étudiant, il a travaillé pendant trois étés dans l’usine de pâte à papier de sa ville où son père est également salarié. Une série d’anecdotes, forcément moins dépaysantes que dans ses autres albums et qui ont nécessité un plus gros effort de mémoire (elles remontent à 30 ans!), mais reposant sur le même principe de tranches de vie teintées d’humour sur des planches simples en dégradées de gris – juste rehaussées ici de touches de orange.
Fonctionnement des machines avec ses impressionnants rouleaux, lourds horaires et tâches répétitives… Guy Delisle qui découvre alors le monde du travail décrit précisément celui des ouvriers dans cette « usine de pâte et papier » comme on dit au Québec. C’est l’occasion également pour lui de pointer les relations distantes qu’il entretient avec son père, lui-même salarié dans l’usine.
« Chroniques de jeunesse » n’a donc pas le charme exotique de ses prédécesseurs mais il reste d’une lecture agréable, au ton juste.

Dessin et scénario: Guy Delisle – Editeur: Delcourt, collection Shampooing – Prix: 15,50 euros.

Share