LA GRANDE EVASION - Tome 7. Tunnel 57

, par Estelle

Un jeune Ouest-Allemand entreprend avec des camarades de creuser un souterrain afin d’exfiltrer ses proches à l’Est Le récit intéressant d’une évasion tout à fait réelle.

Série de qualité très inégale, "La grande évasion" livre cette fois un récit plutôt convaincant. Nous sommes à Berlin en 1964. Tobias, un étudiant ouest-allemand, décide de faire passer à l’Ouest sa jeune soeur et, pour ce faire, entreprend avec d’autres volontaires de creuser un souterrain sous le mur de séparation.
L’histoire racontée - avec les gros coups de chance de ces drôles de mineurs - serait trop grosse pour être crédible... si elle n’était pas vraie ! Le vrai Tobias de Jouvray et Brachet s’appelle Ralph Kabisch et si quelques libertés ont été prises avec la réalité (une cousine au lieu d’une soeur, un début de romance, la mort d’un soldat éludée), l’aventure a bien permis le percement d’un tunnel de 140 mètres de long et l’exfiltration de 57 personnes au nez et à la barbe des Allemands de l’Est.
Tout cela nous est raconté avec une certaine froideur, sans s’appesantir sur le contexte historique ou la présentation des protagonistes. L’intrigue qui tient en 54 pages au trait crayonné est finalement très simple mais efficace : la construction du tunnel et ses problématiques techniques (évacuation de la terre et stockage du matériel, ventilation et étayage, infiltrations, etc). Ce faisant, "Tunnel 57" met en exergue des "héros" anonymes qui ont volontairement pris des risques pour aider des proches. Bref, une sorte de BD documentaire sur le "Mur de la honte" qui s’avère plutôt prenante.

- Delcourt