KILLING TIME

, par Estelle

Un tueur en série spécialisé dans les gens désireux d’en finir avec la vie. Un scénario plein de surprises.

La journaliste Isabelle Bauffays obtient l’autorisation d’interviewer en prison Gyorgi Owens, condamné à la prison à perpétuité pour avoir tué une trentaine de personnes, dont des personnes désirant mourir.
Le but de Toussaint ("A l’ombre du convoi") n’est certainement pas, on le comprend bien vite, de développer le sujet controversé de l’euthanasie. Le côté altruiste du meurtrier s’efface en effet rapidement pour laisser la place à une personnalité complexe, dérangée, fascinée par la mort et surtout par la possibilité de la donner.
Rien n’est simple de toute manière dans "Killing Times" et pas seulement la personnalité de Gyorgi Owens. Car tous les personnages qui apparaissent dans ce one-shot de 80 pages - et ils sont nombreux, sans qu’on sache pendant longtemps quel est le lien entre eux - ont tous l’air de ce qu’il ne sont pas. Ou l’inverse.
Ce scénario plein de surprises et bénéficiant d’ambiances sombres réussies signées Evenhuis aurait été un excellent polar s’il ne souffrait pas de quelques maladresses comme un usage des flashbacks largement exagéré. Avec quatre temps en moins de dix pages par exemple, difficile en effet de ne pas casser le rythme du récit...
A noter qu’un ex-libris "Pizza Roadtrip" est offert pour l’achat d’une bande dessinée de la collection Hostile Holster d’Ankara.