Les éditions de Varly renoncent à rééditer "Les aventures de Bamboula"

, par Estelle

Le projet de réédition de cette bande dessinée des années 50 avait déclenché une polémique.

Les éditions de Varly, spécialisées dans la réédition d’albums oubliés, avaient prévu de faire paraître en février 2018 un premier recueil de quatre "Aventures de Bamboula" par Mat, parues dans les années 1950. Une annonce qui a suscité une vague d’indignation, notamment de la part de Claudy Siar, animateur et chanteur d’origine guadeloupéenne : "Les aventures de Bamboula ridiculisent le noir. Cette série empile les préjugés et porte atteinte à la dignité humaine... Les noirs ne sont pas des Bamboulas !", s’est-il insurgé sur Facebook.
Georges Fernandes, des éditions de Varly, a pourtant défendu son choix éditorial dans une longue présentation de l’album sur Amazon : "Le terme de "Bamboula" est une insulte en France. Personne ne devrait dire le contraire. Il y eut de nombreuses utilisations, la dernière en date est pour désigner, avec une forte connotation raciste, les Africains. L’auteur Marcel Turlin, dit "Mat" (1895-1982), était un homme de coeur. Il aimait faire rire les enfants et il détestait l’injustice. Il souhaitait la fraternité entre les hommes... Il a donc voulu prendre à contresens les idées de son époque. En 1951, il crée un jeune personnage : Bamboula. Un enfant qui va vivre de nombreuses aventures, douze au total. Peut-être que sa plus grande aventure va être son départ de son pays d’Afrique Noir pour venir vivre en France. Quitter son pays, sa terre, son village, sa famille et ses amis... Il n’existe rien de plus dramatique et cela demande énormément de force. Bamboula n’arrive pas par hasard en France, cette terre d’asile et de liberté. Il est accueilli par une famille, sans préjugés. Il va devoir apprendre et comprendre ce monde qu’il ne connaît pas. Il va faire preuve de pertinence, d’intelligence, d’honnêteté, de courage et d’une grande envie d’apprendre. Il est le petit garçon que tous les parents rêvent d’avoir. »
Georges Fernandes a dû cependant céder et a finalement annoncé dans un mail envoyé à la radio de La1ère qu’il renonçait à rééditer "Les aventures de Bamboula" : "Nous ne communiquerons plus sur le sujet. Nous comprenons que nous ayons touchée involontairement des personnes dans leurs sensibilités. Notre démarche est uniquement et toujours basé sur l’humanité et la fraternité. Nous rappelons que ce n’était pas une création mais le projet d’une réédition d’un album qui est déjà disponible sur internet dans les sites de ventes d’occasions et aussi depuis plusieurs années sur le site de la cité de la BD d’Angoulême...Il est peut-être plus facile de s’en prendre à un petit éditeur spécialisée dans le patrimoine. Nous ne produirons pas l’album. Nous présentons nos sincères et réelles excuses à ceux qui les acceptent."