Une dessinatrice iranienne condamnée à 12 ans de prison

, par Estelle

Atena Farghadani avait caricaturé des membres du Parlement iranien.

Accusée notamment de "diffusion de propagande contre le régime", d’“outrage aux représentants du parlement par la maîtrise du dessin" et d’"outrage au Guide suprême et aux pasdarans", l’Iranienne Atena Farghadani a été condamnée à 12 ans et neuf mois de prison, rapporte Amnesty International. Cette jeune dessinatrice de 28 ans, également militante pour les droits des femmes, avait publié début 2015 sur sa page Facebook une caricature de membres du Parlement iranien, les représentant avec des têtes d’animaux, en train de voter une loi anti-contraception et criminalisant les stérilisations volontaires. Une condamnation disproportionnée pour Amnesty International selon qui la dessinatrice paye là son activisme de longue date.