Etats généraux de la BD : plus de femmes et plus de précarité

, par Estelle

L’enquête sur les auteurs, lancée par les États Généraux de la bande dessinée du 15 septembre au 15 novembre 2015, a recueilli près de 1.500 réponses.

Réunis en session lors du 43e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, les États Généraux de la Bande Dessinée ont présenté les résultats statistiques de leur enquête auteurs. Avec 1.469 réponses, il s’agit de la base de données la plus importante jamais recueillie sur les créateurs de BD francophones, notent-ils.
L’enquête met en avant dix points principaux :

  • Une féminisation accrue : 27% de femmes ont répondu, soit une proportion bien plus élevée que le chiffre de 12,4% habituellement évoqué.
  • Une profession jeune : 56% des auteurs interrogés ont moins de 40 ans. La moyenne d’âge des femmes est de 34 ans, la moyenne d’âge des hommes est 
de 41 ans. La profession est donc appelée à se féminiser de plus en plus.
  • Un métier précaire : Les auteurs interrogés se définissent à 15% comme amateurs, 53% comme professionnels précaires, 32% comme professionnels installés.
  • Un niveau de formation important : 79% ont fait des études supérieures, la très grande majorité dans le domaine artistique, formations BD ou autres.
  • Un travail astreignant : 36% travaillent plus de 40 heures par semaine, et pour 80% le travail empiète sur au moins deux week-ends par mois, 37% travaillant à peu près tous les week-ends. 72% travaillent uniquement à leur domicile.
  • Des ressources diversifiées : 71% ont un emploi parallèle à celui d’auteur de bande dessinée, généralement dans un autre domaine artistique ou dans l’enseignement.
  • Une protection sociale faible : 88% des professionnels interrogés n’ont jamais bénéficié d’un congé maladie. 81% n’ont jamais bénéficié d’un congé maternité, paternité ou adoption.
  • Des revenus médiocres : En 2014, 53% des répondants ont un revenu inférieur au SMIC annuel brut, dont 36% qui sont en-dessous du seuil de pauvreté. Si l’on ne prend en compte que les femmes, 67% ont un revenu inférieur au SMIC annuel brut et 50% sont sous le seuil de pauvreté.
  • Un avenir incertain : 66% des auteurs interrogés pensent que leur situation va se dégrader pendant les prochaines années.
  • De bonnes relations avec les éditeurs : 68% estiment avoir de bonnes ou de très bonnes relations avec leurs éditeurs, 27% moyennes et 5% mauvaises ou très mauvaises.

Les États Généraux de la Bande Dessinée précisent que cette enquête sera complétée au cours des prochains mois par des entretiens approfondis avec 25 auteurs représentatifs. Mais, en attendant, "il est important que l’ensemble des acteurs économiques, culturels et institutionnels de la Bande Dessinée se penchent sérieusement dessus : il faudra en tirer des conséquences pour préparer un avenir commun plus serein", concluent-ils.