WALKING DEAD - Tome 3. Sains et saufs ?

Le groupe de Rick pense avoir trouvé un havre de paix en ce pénitencier abandonné mais... Une histoire de zombies et de réactions humaines de plus en plus passionnante.

La situation autour d’Atlanta ne s’arrange pas, les zombies sont toujours plus nombreux et continuent de semer la désolation. Le petit groupe emmené par Rick pense toutefois avoir trouvé l’endroit idéal pour vivre : un immense pénitencier bien protégé de l’extérieur et regorgeant de nourriture. Et ce ne sont pas les quatre prisonniers qu’il découvre reclus qui devraient le faire changer d’avis.
Au fil des tomes, cette histoire de zombies ne perd pas en intérêt, bien au contraire. Car il ne s’agit pas seulement d’assister à d’incessantes attaques de morts-vivants affamés - menace bien réelle certes qui fournit son lot d’hémoglobine - mais également de dévoiler la véritable personnalité des survivants. Sur ce point nous sommes servis, les réactions face à certains événements sont surprenantes mais toujours bien amenées et crédibles. La douleur, la rage, les doutes et la peur peuvent changer un homme et les méchants ne sont pas toujours ceux que l’on croit constituent donc quelques uns des principaux thèmes de ce troisième tome riche en rebondissements.
Charlie Adlard qui avait pris le relais de Tony Moore au dessin dès le deuxième épisode, continue sur sa lancée. Si certains défauts perdurent (des personnages aux proportions parfois bizarres, en particulier Rick), son encrage aux grands aplats de noir vient parfaitement renforcer la noirceur du récit.
Démarrée aux Etats-Unis en 2003, la série est toujours en cours. Les zombies de Kirkman ont donc encore de beaux jours devant eux.

- Delcourt