SNOTGIRL – Tome 1

Plongée dans une drôle d’histoire mêlant le monde des influenceuses mode, une victime de mort violente pas si morte que ça... et un bon paquet de morve bien verte. Un premier tome déstabilisant, souvent horripilant mais pas si creux que cela.

Lottie Person est loin d’être personne. Grande, mince, aux longs cheveux verts et toujours habillée tendance, c’est une blogueuse en vogue à Los Angeles à la vie de rêve. Du moins c’est ce que croient ses millions de followers car la réalité est moins rose : son copain l’a quittée pour son insignifiante stagiaire, ses amies sont de vraies petites ordures, elle souffre d’allergies pas très glamour qui lui font couler la morve du nez et... il se pourrait même qu’elle ait tué une jeune blogueuse !

Si les "balek", les "jc mdr vrmt dsl ms jv", les "maxi dress" et autre chiac (mélange de mots français et anglais au Canada) sont pour vous aussi incompréhensibles que du chinois, accrochez-vous. Soutenu par le dessin girly aux couleurs criardes efficace de Leslie Hung, le scénariste canadien Brian O’Malley auteur de "Scott Pilgrim" plonge dans l’univers branché de la mode et de la vie 2.0 où personne ne semble avoir ouvert un dictionnaire de sa vie... et il ne fait pas dans la demi-mesure, risquant de perdre dès les premières pages bon nombre de lecteurs horripilés.
Il faut dire que "Snotgirl" ("snot" signifie "morve" en anglais) démarre comme un comics aussi superficiel et inepte que son héroïne mais peu à peu, entre deux trois SMS, plusieurs smileys et quelques réactions hystériques de jeunes filles délurées, on découvre une histoire un peu plus consistante sur les effets pervers du paraître et des réseaux sociaux. Lottie est-elle folle ? Est-elle une meurtrière ? La "victime" est-elle vraiment une jeune fille normale ? Sans être réussi, l’album parvient à susciter assez de curiosité – et ce n’était pas gagné - pour avoir envie de connaître la réponse. Deuxième opus fin août 2019.


Dessinatrice : Leslie Hung – Scénariste : Brian O’Malley – Editeur : Glénat Comics – Prix : 16,95 euros.