LE GRAND MORT - Tome 8. Renaissance

Pour échapper à leurs agresseurs, Pauline et Gaëlle ont dû de se réfugier dans le Petit Monde grâce aux larmes d’abeille. Conclusion d’une série à l’univers original et aux personnages attachants.

Après huit albums "Le Grand Mort" tire sa révérence. Mais avant envoie Gaëlle et Pauline se réfugier dans le Petit Monde pour échapper à leurs agresseurs. Elles y font la rencontre de Sombre, le fils qu’Erwan a eu avec la prêtresse hermaphrodite, pendant que dans le vrai monde, Erwan tente de gérer la jeune Blanche au comportement imprévisible et dangereux...
Au fil des tomes, on a pu reprocher à l’intrigue son rythme assez lent. Si c’est encore le cas dans la première partie de l’album, la seconde rassemble enfin toutes les pièces du puzzle, livrant une conclusion dense et cohérente autour de problématiques écologiques et sociales, son optimisme tranchant avec l’ambiance apocalyptique du reste. Au final, "Le grand mort" n’a certainement pas la même force que "La quête de l’oiseau du temps" mais les personnages attachants et l’univers merveilleux développés sous le trait fin et expressif de Vincent Mallié rendent tout de même cette série plaisante.

Dessinateur : Vincent Mallié - Scénaristes : Régis Loisel et JB Djian - Editeur : Vents d’Ouest - Prix : 18 euros.