LA PETITE BÉDÉTHÈQUE DES SAVOIRS - Tome 28. Le burn-out

La Petite Bédéthèque des Savoirs s’intéresse au burn-out, conséquence de politiques managériales tenues dans le monde du travail actuel. Un sujet intéressant, difficile à mettre en BD.

"Maladie professionnelle" de nos sociétés modernes (même si l’OMS ne l’a pas encore totalement reconnu comme telle), le burn-out ne date en réalité pas d’hier puisque certains moines copistes égyptiens du IIIe siècle en souffraient. Dans ce nouvel opus de "La petite bédéthèque des savoirs" qui met en tandem Danièle Linhart, sociologue du travail, et Zoé Thouron ("Florange"), Le Lombard nous propose de comprendre les raisons de ce mal-être et le rôle joué par les politiques managériales contemporaines.
La collection propose des sujets plus ou moins faciles à transposer en bande dessinée. Celui-là n’est certes pas le plus évident tant il fait référence à des notions sociologique complexes. Malgré le trait vif de Zoé Thouron et ses petites idées pour mettre en scène le sujet, le procédé narratif s’avère d’ailleurs un peu basique, d’autres tomes de "La petite bédéthèque des savoirs" donnant moins que celui-ci l’impression de se retrouver face à un long exposé de textes et de phylactères remplissant les pages. Pour rendre un peu plus vivant le discours, plusieurs personnages interviennent toutefois, en particulier l’avatar de Danièle Linhart, son père et une infirmière sous anti-dépresseurs. Le lecteur retiendra en particulier qu’afin de désolidariser les travailleurs et les rendre plus dociles et malléables, les entreprises ont individualisé la gestion des salariés : objectifs individuels, entretiens d’évaluation, etc. Tout cela accentué par le désintérêt pour les syndicats et leur affaiblissement dans les rapports de force. Tout cela est évidemment un peu caricatural mais fait réfléchir à notre propre situation professionnelle….

Dessinatrice : Zoé Thouron - Scénariste : Danièle Linhart - Editeur : Le Lombard - Prix : 10 euros.