BOLCHOI ARENA - Tome 1. Caelum incognito

En plongeant dans un monde virtuel foisonnant qui lui permet d’assouvir sa passion pour le cosmos, Marje ne s’imaginait pas devenir accro. Une série de SF crédible et prometteuse.

L’histoire se passe en grande partie dans le virtuel mais l’intérêt de "Bolchoi arena", lui, est bien réel. Bolchoi comme le nom d’un réseau mondial de réalité virtuelle, une réplique parfaite de notre univers auquel tout à chacun peut se connecter à l’aide d’un simple casque VR. Guidée par son amie Dana, Marje, étudiante en astrophysique, va découvrir ce monde incroyable où marcher à la surface de Titan sous une pluie de méthane devient un jeu d’enfant.
La fuite dans la réalité virtuelle. Le thème est à la mode cette année qui a vu sortir notamment la BD "Alt-life" de Thomas Cadène et Joseph Falzon et le film de Spielberg, "Ready Player One". Ici toutefois il ne s’agit pas de fuir un monde à l’agonie mais de plonger dans un environnement ludique (avec ce qu’il faut d’explorations spatiales et de combats de vaisseaux mis en images par le trait proche du manga et très détaillé d’Aseyn) et de mettre en exergue la dépendance au virtuel et la perte de repères dans le monde réel. L’immersion se révèle immédiatement passionnante pour le lecteur. Dans les pas de Marje, il n’est jamais perdu, apprenant progressivement avec l’étudiante à connaître le Bolchoi, ses possibilités incroyables, ses droits et ses devoirs. Les dialogues sont naturels, les personnages attachants et l’ensemble intelligent et parfaitement crédible. Le rebondissement en fin de premier volume (le premier arc narratif est prévu sur trois tomes) laisse présager une aventure très riche et qui a les atouts pour devenir addictive.

Dessinateur : Aseyn - Scénariste : Boulet - Editeur : Delcourt - Prix : 23,95 euros.