Rudy Spiessert : "Plus qu’un album-souvenir"

, par Estelle

"Retour vers les années 80" n’est pas seulement un catalogue nostalgique de pop culture et un passionnant survol d’une décennie hyper créative, c’est aussi une mine d’anecdotes dénichées par Rudy Spiessert (alias Pluttark).

Avec "Retour vers les années 80", on retrouve le même esprit que dans "Le petit livre rock" de votre ami Hervé Bourhis. Il vous a inspiré ?
Rudy Spiessert. Oui, j’aurais du mal à le cacher, il y a une certaine parenté dans l’idée de faire un imagier nostalgique pour adultes. Je lui ai parlé du projet dès le début pour éviter qu’il me fasse un procès (rires).


Comment s’est effectué le choix des sujets ?
R.S. J’ai essayé d’être aussi complet que possible, et surtout de ne pas me cantonner aux clichés sur les années 80. C’est pour ça que je parle aussi de la société, de la politique...



Chaque année est découpée en chapitre (cinéma, musique, sport...). Certaines cases ont été difficiles à remplir ?
R.S. Non, la difficulté consistait plutôt à faire des choix. J’aurais pu faire 100 pages de plus...

Il y avait une grosse crainte de passer à côté de véritables icônes des années 80 ? En fin d’ouvrage, vous listez d’ailleurs vos oublis comme Images ou Nulle Part Ailleurs...
R.S. 
Il y a forcément des oublis, impossible d’être exhaustif sur un sujet comme celui-là. Bon, j’avoue avoir omis certaines "icônes" volontairement, comme Les Musclés.



On apprend plein de choses grâce à des anecdotes souvent amusantes. Il était indispensable de ne pas proposer un simple catalogue ? Où avez-vous trouvé toutes ces infos ?
R.S. 
Je voulais faire plus qu’un album-souvenir. Et parler de choses qui n’étaient pas forcément dans l’actualité à l’époque mais qui prennent sens avec le recul, comme le premier discours d’Obama alors qu’il était encore étudiant, par exemple. Pour les sources, je me suis replongé dans la presse de l’époque, et Wikipedia m’a été bien utile. 



Quelles étaient vos idoles, références, dans ces années 80 ? Cela a été un plaisir particulier de les dessiner ?
R.S. Dessiner Chuck Norris et l’Agence tous Risques, c’est toujours un grand bonheur.





Chaque année se termine par une galerie de portraits de célébrités nés cette année-là. Pourquoi, puisque cela sort un peu du concept, non ?
R.S. C’est un clin d’œil aux lecteurs qui sont nés dans ces années-là. Quoi de plus réjouissant que de découvrir qu’on a le même âge que Katy Perry ou Rafael Nadal ?

Êtes-vous nostalgique de ces années 80 ?
R.S. Non, curieusement, les épaulettes et les Bisounours ne me manquent pas.

Maintenant que vous êtes un expert des années 80, comment définiriez-vous cette décennie ?
R.S. C’est une période étrange. Décomplexée et hyper créative, bien plus que ce qu’on en retient généralement. Il n’y avait pas que Wham et les jeans neige. Du point de vue du design, de la technologie et de la pop culture, beaucoup de choses qui font notre quotidien sont nées à ce moment-là.

Propos recueillis par Emmanuel Lafrogne
(sur Twitter)

"Retour vers les années 80" de Pluttark (Rudy Spiessert). Delcourt. 25,50 euros.