Maryse et Jean-François Charles : "Confronter les héros à l’Histoire"

, par Estelle

Le tandem dessinateur-scénariste aura passé plus de quatre années avec les héros romantiques d’"India Dreams". L’heure est venue pour eux de tourner la page.

Au cœur de l’Inde éternelle, trois destins de femmes amoureuses traversés par les tumultes successifs du XXe siècle... "India Dreams", la somptueuse saga orientale de Maryse et Jean-François Charles a pris fin cet hiver avec le 4e tome et, en forme d’épilogue, un hors-série revisitant la destinée exceptionnelle de ses héroïnes. A Angoulême, le couple d’auteurs belges est présent pour les dédicaces mais également grâce à une exposition sur la saga présentée à l’office de tourisme.

Comment est né "India Dreams" ?
Jean-François : Nous sommes allés en Inde il y a une dizaine d’années et c’est ce voyage qui nous a donné l’envie. Mais pas toute de suite. L’inde est un pays fascinant mais bouleversant. C’est une fois qu’on a digéré toutes ces émotions, que les choses sont devenues plus nettes qu’on a décidé de se lancer. On a ensuite travaillé pendant six ans sur le sujet.
Maryse : Nous nous sommes beaucoup documentés. On a visionné aussi beaucoup de films et acheté des livres surtout en Angleterre en en Inde car il y a peu de choix en français sur ce pays.
Jean-François : Nous nous sommes aussi servis de ce qu’on nous a raconté. "India Dreams" se passe notamment en 1965 pendant la période hippie. C’est une période qu’on a connue et aller en Inde était LE grand voyage qu’il fallait faire. Les amis qui revenaient nous racontaient leur voyage en combi...

Dans "India dreams", trois femmes confrontent leurs passions amoureuses à la sensualité de l’Inde. Mais au delà, de l’amour, le récit est aussi très riche sur le plan historique. Pour faire une bonne histoire, il faut marier les deux ?
Jean-François : L’Inde est un pays très sensuel. C’est aussi un pays d’une grande richesse culturelle, on n’a donc pas voulu montrer l’image misérable de l’Inde qu’on voit souvent.
Maryse : On ne peut pas détacher un personnage - qu’il soit fictif ou réel - de son contexte, sous peine de le rendre artificiel. On a éviter de parler de personnages célèbres comme Ghandi qui est quelqu’un de formidable mais d’archi-connu. On a donc choisi le Premier ministre Jawaharlal Nehru. C’est un personnage hors du commun, à l’origine de la Révolution verte en Inde.

Le hors-série "Trois Femmes" est conçu comme une sorte de journal intime des trois héroïnes de la série : Emy, Karala ou Amélia. C’était quelque chose qui s’est imposé naturellement ?
Maryse : On ne peut pas tout expliquer dans une bande dessinée. Il faut faire des choix.
Jean-François : De toute façon, le lecteur n’a pas forcément envie de se casser la tête sur un sujet compliqué, il faut chercher une certaine simplicité. Au niveau des dessins aussi, j’en fais une quantité pour n’en choisir qu’un finalement. D’où ce hors-série, un récit écrit avec beaucoup de dessins, qui permet de développer un peu plus les personnages.
Maryse : Par exemple on se rend compte avec ce hors-série qu’Amélia porte en elle le germe de la révolte dès l’enfance.

Il y a sûrement un personnage que vous préférez dans "India Dreams" ?
Maryse : Emy la tourmentée qui hésite vraiment, qui doit faire des choix.
Jean-François : Oui, Emy. C’est la plus difficile à dessiner car c’est elle a qui a le plus d’expressions. Je la voyais aussi plus petite, je ne sais pas pourquoi. Mais en fait, j’aime les trois. Toutes les trois sont attachantes.
Maryse : J’aime aussi beaucoup Kenneth Lowther un personnage complexe mais très serein. Il vit avec trois femmes tout en étant homosexuel. Et il assume ses choix.

Ce hors-série vous permet de passer définitivement à autre chose ?
Jean-François : Oui, on a vécu des années avec les personnages d’"India Dreams" et il y avait un peu de nostalgie à les quitter. Mais maintenant, on a remisé 150 à 160 livres qu’on gardait sur l’Inde, l’encens et la musique indienne qu’on écoutait. On a désormais un tout autre projet. On ne veut pas encore trop en parler mais vous allez être surpris. Ce sera moins "exotique" qu’"India Dreams" mais il y aura au moins un point commun : ce sera encore très documenté, les personnages seront confrontés à l’Histoire dans leur vie quotidienne. Ce qui nous intéresse maintenant c’est aussi de développer le côté humain. Cette nouvelle série tiendra sur quatre albums et le premier tome sortira en janvier 2007.

Vous allez de nouveau fonctionner en tandem. L’organisation est-elle facile lorsqu’on est aussi un couple à la ville ?
Jean-François : On se connaît depuis qu’on a 16 ans mais c’est vrai que depuis quelques années on aime bien travailler ensemble.
Maryse : Je dis toujours qu’on ne peut pas vivre avec quelqu’un qui a une passion si on en a pas une soi-même. Alors si c’est la même, comme nous, c’est encore mieux.
Jean-François : On a chacun notre bureau mais le matin au petit-déjeuner et le soir, on discute du scénario. Quand Maryse me parle de quelque chose qu’elle a vu et qui serait bien pour le scénario, elle n’a pas besoin de m’expliquer, je l’ai vu aussi. Et puis quand on vient à Angoulême, on prend la voiture. Alors on a le temps de continuer à travailler pendant les onze heures de voyage !