Bandes dessinées 2014 : "l’année des contradictions"

, par Estelle

Le rapport annuel de l’ACBD constate qu’après la "décélération" de 2013, la production est repartie à la hausse cette année.

Le traditionnel rapport annuel du secrétaire général de l’Association des critiques de bandes dessinées (ACBD), Gilles Ratier, est tombé pour l’année 2014. Un millésime riche en "contradictions" selon l’auteur du rapport. Alors que pour la première fois, depuis au moins 17 ans, la production d’albums avait diminué en 2013, elle est finalement repartie à la hausse cette année (+4,64%) avec 5.410 livres de bande dessinée publiés en 2014 (dont 3.946 strictes nouveautés). Une bonne nouvelle certes mais les tirages moyens sont une nouvelle fois en baisse y compris ceux de de la plupart des 98 principaux best-sellers de l’année ("Blake et Mortimer", "Le Chat", "Joe Bar Team", "Largo Winch", "Lucky Luke", "Happy Parents" de Zep, "XIII" et "Les Légendaires"...) tirés à plus de 50.000 exemplaires (19 de moins qu’en 2013).
Le nombre d’éditeurs ne cesse également de croître - ils sont 349 cette année - mais les trois puissants groupes Delcourt, Média-Participations et Glénat totalisent à eux seuls 36,23% de la production.
Et si l’économie générale du secteur se maintient, 1.411 auteurs réussiraient encore à vivre de la création de bandes dessinées sur le territoire francophone européen selon les critères mis en place depuis douze ans, soit 81 de moins qu’en 2013. Et encore, selon le SNAC-BD, "50% de la profession, en France, gagnerait moins que le SMIC". 1.589 créateurs francophones d’Europe ont quand même réussi à publier au moins un album en 2014.
L’intégralité du rapport, enrichi de nombreux tableaux, est disponible sur le site de l’ACBD.