Bandes dessinées 2012 : "prolifération et polarisation"

, par Estelle

Le rapport annuel de l’ACBD note encore cette année l’augmentation de la production d’albums mais quatre groupes d’édition dominent largement le secteur.

Le traditionnel rapport annuel du secrétaire général de l’Association des critiques de bandes dessinées (ACBD), Gilles Ratier, est tombé pour l’année 2012. Pour la 17e année consécutive, la production d’albums de bande dessinée augmente : + 4,28% par rapport à 2011, soit 5.565 BD publiées en 2012, dont 4.109 strictes nouveautés. Une prolifération de nouveautés s’adressant à quatre lectorats distincts (la BD franco-belge, les séries "asiatiques", les comics américains et les romans graphiques et livres expérimentaux), qui rend plus compliquée la gestion des stocks et la visibilité des albums en librairie, avertit Gilles Ratier. 89 séries ou œuvres indépendantes d’auteurs bien installés ont été tirées à plus de 50.000 exemplaires (dix de moins par rapport à l’an passé) et réalisent l’essentiel du chiffre sur ce secteur. Les cinq premières (hors manga) sont : 1 million d’exemplaires pour le tome 13 de "Titeuf" par Zep (Glénat) ; 450.000 exemplaires pour le 5e "Lucky Luke" par Daniel Pennac, Tonino Benacquista et Achdé (Lucky Comics) ; 440.000 ex. pour le tome 18 de "Largo Winch" par Jean Van Hamme et Philippe Francq (Dupuis) ; 440.000 ex. pour le tome 21 de "Blake et Mortimer" par Yves Sente et André Juillard (Blake et Mortimer) ; et 350.000 ex. pour le tome 21 de "XIII" par Yves Sente et Iouri Jigounov (Dargaud Benelux). Du côté des mangas, sans surprise, on enregistre "Naruto" avec trois nouveaux tomes tirés à 225.000 ex. par Kana, "One Piece" (5 tomes entre 135.000 et 165.000 ex.) par Glénat et "Fairy Tail" (6 tomes tirés à 85.000 ex.) par Pika.
Comme les années précédentes, le rapport note une forte polarisation du marché : quatre groupes - Delcourt (Akata, Tonkam, Soleil, Soleil Manga et Quadrants), Média-Participations (Dargaud, Kana, Le Lombard, Dupuis, Graton, Blake et Mortimer, Lucky Comics, Fleurus/Édifa/Mame, Mediatoon Publishing, Huginn & Muninn, Urban Comics), Glénat (Comics, Disney, Mangas, Treize Étrange et Vents d’Ouest) et Gallimard (Casterman, KSTR, AUDIE/Fluide glacial, Jungle , Denoël Graphic et Futuropolis) - dominent la production et l’activité du secteur avec 44,87% de la production, alors que 326 éditeurs ont publié des bandes dessinées en 2012 (contre 316 en 2011).
Cette année encore également, les développements autour des bandes dessinées numériques sont encore très hésitants, tant en ce qui concerne la diffusion de BD éditées sous forme digitale (Iznéo, digiBiDi, etc) que la création pure de BD digitale (Plumzi par exemple). L’offre légale progresse moins vite que l’offre pirate (10.000 titres facilement accessibles selon l’Observatoire du livre et de l’écrit en Ile-de-France) avec à peine 6.000 albums disponibles. De son côté, l’édition participative (crowfunding) se confirme avec Sandawe (28 projets, 500.000 euros collectés), My Major Company (17 projets, 172.000 euros) et Ulule (14 projets, 26.000 euros) qui associent les internautes au lancement d’albums papier.