WALKING DEAD - Tome 19. Ezechiel

, par Estelle

Rick, Jésus et Ezechiel se mettent d’accord pour allier leurs communautés contre celle du terrible Negan. La guerre n’a jamais été aussi proche. Malgré ses défauts récurrents, la série est toujours aussi addictive.

On peut les compter sur les doigts de la main et on ne les voit que quelques secondes le temps de se faire défoncer la tête. Les zombies, créatures incontournables au début de la série, n’en finissent pas de régresser au générique et on ne les avait jamais si peu vu que dans ce 19e opus... Il faut dire que Kirkman a d’autre chats à fouetter : explorer les profondeurs de l’âme humaine et nous raconter le plan de Rick - qui ne convainc guère Michonne - pour se débarrasser du terrible Negan, en l’occurrence faire alliance avec le roi Ézéchiel et son tigre.
On a beau en apprendre un peu plus sur le passé de celui qui donne son nom à l’album, le personnage emblématique du moment est bel et bien encore le sociopathe Négan, visage couvert de sang et sourire sadique sur la couverture.
C’est devenu une habitude, Robert Kirkman réussit un vrai tour de force. Celui de nous tenir en haleine jusqu’au prochain opus alors qu’on ne cesse de pester sur la lenteur du scénario, les planches bavardes, la confrontation avec la communauté de Négan qui se fait désirer et une certaine similitude avec les épisodes mettant en scène le Gouverneur, qui fut un temps LE grand méchant de la série. Charlie Adlard signe lui aussi des planches moins convaincantes qu’au début... Oui mais voilà, l’action déboule quand on ne s’y attend pas, les retournements de situation sont significatifs, la tension palpable et la vie des personnages principaux ne tient réellement qu’à un fil. Alors, comme d’habitude, on sera au rendez-vous pour la sortie du tome 20 en juin prochain. Trop fort, ce Kirkman.

- Delcourt