UNE GÉNÉRATION FRANÇAISE - Tome 3. Ayez confiance !

, par Estelle

Alors que l’armée française est à terre et que le maréchal Pétain prend les rênes de la France, Zoé fait son entrée dans la Résistance. Une série basée sur trois choix de vie dont le côté historique prend malheureusement le pas sur le romanesque.

Annoncé comme un panorama de la société française à l’heure de la Seconde Guerre mondiale - l’engagement auprès du général de Gaulle, la Résistance et la collaboration -, ce troisième tome d’"Une génération française" suit en particulier la jeune soeur de Martin Favre. Nous sommes en juin 1940 et Zoé improvise un ravitaillement en eau potable en apercevant devant chez elle les longues colonnes de prisonniers français marchant vers la captivité. Un geste anodin qui ne va pas tarder à la lancer sur le chemin de la Résistance…
Abordant des épisodes intéressants de la grande Histoire - l’exode de 1940, les manœuvres politiques de Laval pour donner les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, les débuts de la Résistance et en particulier le réseau étudiant -, le 3e tome aurait pu être passionnant. Mais pour cela, aurait-il encore fallu que la petite histoire tienne elle aussi le rythme. Or les rebondissements ne sont pas très nombreux et il est difficile de frissonner pour Zoé, résistante trop peu charismatique. "Une génération française" scénarisée par Thierry Gloris ("Le codex Angélique", "Malgré nous") pourrait rappeler "Un village français", préquel à la série télévisée du même nom mettant en scène la vie de sept familles d’un même village durant la Première Guerre mondiale. Sauf que la série de Jean-Charles Gaudin et Vladimir Aleksić est parvenue, elle, à donner vie à ses nombreux personnages et à rendre leur destin vraiment intéressant.
Après Eduardo Ocana et Manuel Garcia, c’est Ana-Luiza Koehler ("Carthage") qui reprend les crayons d’"Une génération française" le temps d’un épisode. Un principe, courant désormais dans la bande dessinée, qui permet de resserrer le rythme de parution des albums (les trois derniers tomes paraîtront tout au long de l’année 2018) mais dont l’inconvénient principal est de manquer d’unité, en particulier dans les traits des personnages principaux. Ici, le trait semi-réaliste de la dessinatrice brésilienne est néanmoins agréable.

Dessinatrice : Ana Luiza Koehler - Scénariste : Thierry Gloris - Editeur : Soleil, collection Quadrants - Prix : 14,50 euros.