UNE AFFAIRE D’ÉTATS

, par Estelle

En 1995, le corps du juge Borrel est retrouvé à Djibouti. Officiellement, c’est un suicide. Mais pour sa veuve, il devient clair qu’il s’agit d’un assassinat. Une bande dessinée documentée sur un scandale d’Etat(s).

L’histoire est digne d’un polar et pourtant elle est bien réelle. Le 19 août 1995, à Djibouti, le juge Bernard Borrel est retrouvé le corps à moitié calciné au fond d’un ravin. Explication officielle immédiate : c’est un suicide. Pour son épouse Elisabeth, c’est le début d’un long combat pour prouver que le juge a en réalité été assassiné.
Scénariste et co-fondateur de La Revue dessinée, David Servenay est aussi journaliste et c’est dans le cadre de ces fonctions à RFI qu’il fut amené à se pencher sur la mort suspecte de Bernard Borrel, se forgeant sa conviction au fil de ses investigations… jusqu’à être dessaisi de la couverture du sujet par sa direction et perdre son poste à la radio. D’abord publié dans La Revue Dessinée, "Une affaire d’État" relate donc les faits, les causes possibles de la mort du juge, les manquements de l’enquête, les mensonges évidents, la destruction "accidentelle" des scellés… Le propos ne laisse guère de place au doute : il s’agit d’une affaire d’Etat ou plutôt d’Etats, impliquant l’armée, les services de renseignements et même le président de la République d’alors, Jacques Chirac, ainsi que son homologue djiboutien Ismaël Omar Guelleh, toujours en poste.
Le récit chronologique et chapitré est parfaitement clair et documenté tandis que le dessin soigné de Thierry Martin vient simplement illustrer la voix off du journaliste narrateur. On pourra peut-être regretter cette sobriété graphique mais la force du sujet permet de passer outre. L’album se termine par un long entretien avec Elisabeth Borrel et ses deux avocats. Si désormais il est reconnu que le magistrat intègre est mort dans l’exercice de ses fonctions - il est le troisième au cours de la Ve République -, on ignore toujours aujourd’hui avec certitude les raisons de son assassinat.

Dessinateur : Thierry Martin - Scénariste : David Servenay - Editeur : Soleil, collection Noctambule - Prix : 17,95 euros.