POURQUOI J’VEUX MANGER MON CHIEN

, par Estelle

Trois pauvres hères dans le Hong-kong d’aujourd’hui en quête d’un chien, remède traditionnel idéal pour soigner une jambe malade. Une fable étonnante mettant en scène la Chine à deux vitesses. Dépaysement garanti.

Venu de sa campagne chinoise pour trouver du travail à Hong-Kong, A-Huang est victime d’une blessure qui peine à cicatriser. N’ayant pas de quoi payer les médicaments qu’on lui prescrit, il se tourne vers la médecine traditionnelle qui est formelle : pour guérir rien de tel que la viande de chien ! Aidé de deux amis aussi miséreux que lui, A-Huang va donc essayer de trouver le canidé idoine.
Avec "Pourquoi j’veux manger du chien", Ahko signe son premier album publié en Europe. Un manhua au titre intrigant pour nous Occidentaux, mais fortement marqué par les préoccupations sociales, à l’image des autres ouvrages de ce dessinateur chinois. Dans ce pays en pleine mutation qui a fait de Hong-Kong une vitrine de la modernité, derrière ses MacDo et ses gratte-ciel imposants, vivote dans des taudis toute une fange de la population oubliée de la croissance, démunie et sans travail comme les trois protagonistes de cette histoire.
Pour ce sujet ainsi que pour la peinture d’une amitié et de la relation ambiguë homme-chien, "Pourquoi j’veux manger du chien" mérite d’être découvert, même s’il n’est pas exempt de défauts : un graphisme manquant parfois de lisibilité et un récit mi-réaliste mi-fantastique un peu confus.

- Casterman