PLATEFORME

, par Estelle

L’auteur des Particules élémentaires s’est associé au dessinateur Alain Dual pour adapter son roman polémique sur la prostitution dans le Tiers-monde et la sexualité mondialisée. Cynique.

Littérature, cinéma, musique, photographie et désormais bande dessinée, Michel Houellebecq ne cesse d’ajouter des cordes à son arc. Avec "Plateforme", c’est l’adaptation de son troisième roman qu’il propose : Michel, un petit fonctionnaire sans ambition, un misanthrope à la vie privée sans aucun intérêt décide de partir en voyage organisé en Thaïlande. Là, il rencontre Valérie qui s’intéresse à lui...
A sa sortie en 2001,le roman avait déclenché une polémique, Houellebecq se retrouvant alors accusé de complaisance envers le tourisme sexuel. La bande dessinée ne fait pas davantage dans le politiquement correct et c’est le portrait au vitriol d’une société à la dérive qui est décrite à travers les yeux de Michel : considérations abjectes sur la prostitution infantile, consommation à outrance, stratégies marketing cyniques, etc. Ainsi, Michel et Valérie participeront-ils à la création du concept des clubs Eldorador Aphrodite, basés sur le tourisme purement sexuel...
Le style de Houellebecq est cru, le dessin sobre en noir et blanc d’Alain Dual ne s’embarrasse d’aucun tabou. Avec des sexes en érection, des pénétrations et autres fellations, "Plateforme" n’est sans doute pas à mettre entre toutes les mains mais ceux qui aiment les romans de Houellebecq en retrouveront ici l’esprit, l’écrivain étant lui-même intervenu sur les textes. Les autres, restés insensibles jusque là, apprécieront tout de même le cynisme effrayant de son propos.