PARKER - Tome 1. Le chasseur

, par Estelle

Revenu d’entre les morts, un gangster impitoyable met tout en oeuvre pour se venger. Un polar implacable haletant.

Le nom de Richard Stark est en réalité le pseudo de Donald Westlake, le pape du roman noir américain décédé en 2008. Rien d’étonnant donc qu’il nous plonge dans le milieu du grand banditisme avec Parker, un gangster violent et froid bien décidé à avoir la peau de ceux qui l’ont doublé sur un coup et lui ont piqué son magot après l’avoir laissé pour mort. Premier tome d’une série de quatre, "Parker" s’avère d’entrée très efficace. L’alternance de passages muets, de dialogues et de commentaires en voix off ainsi que l’utilisation des flash-backs maintiennent un rythme haletant à cette histoire de vengeance menée par un personnage - en fait surtout une brute à la psychologie plutôt sommaire - étonnamment charismatique. Le graphisme élégant en bichromie est signé Darwyn Cooke, le repreneur des aventures du "Spirit" d’Eisner, tandis que la traduction réussie est due à Tonino Benacquista. Tout ce qui faut pour un bon polar.

- Dargaud