NOUS LES MORTS – Tome 1. Les Enfants de la peste

, par Estelle

Une expédition amérindienne part pour l’Europe pour tenter de découvrir une fontaine de Jouvence. La thématique zombie revisitée à travers un mélange ahurissant d’influences. Un premier tome enthousiasmant.

Mélanger dans un même scénario zombies, Amérindiens et peste noire, il fallait oser... Et pourtant Darko Macan, prolifique scénariste croate à qui l’on doit "Soldier X", l’a fait ! Dans "Nous les morts", un peuple "Inka" du XIXe siècle vit toujours préservé de la colonisation. Son seul lien avec l’Europe est un groupe d’hommes arrivés en bateau jusqu’à eux cinq siècles auparavant et qu’ils retiennent prisonniers depuis ! Désirant percer le mystère de leur immortalité, l’empereur décide d’envoyer une expédition de l’autre côté de l’océan.
Des pseudos Incas ayant des contacts avec la dynastie Han mais ignorant tout du continent européen, des armes à feu, de grandes machines volantes, des sacrifices humains bien gores et des scènes de sexe très explicites… Macan semble avoir pris un malin plaisir à imaginer un mix improbable d’influences en tous genres. Ce cocktail ahurissant aurait pu être des plus indigestes mais il s’avère au contraire explosif, renouvelant avec efficacité le genre archi-vu de l’épidémie zombie venue d’on ne sait où en confrontant deux civilisations et surtout en inversant les rôles : des Européens restés bloqués au Moyen-âge (par définition le zombie n’évolue guère…) face à une civilisation amérindienne plus avancée ! Le dessinateur Igor Kordey ("L’Histoire Secrète", "Les 30 derniers") n’est pas en reste en nous offrant des planches impressionnantes, bien qu’un peu chargées.
Cette confrontation inattendue entre deux civilisations tiendra-elle-sur la durée ? Il faudra attendre la fin de cette tétralogie pour le dire mais il est d’ores et déjà certain que "Nous les morts" renouvelle la thématique zombies. Comme quoi on peut encore faire du nouveau avec de très très vieux zombies.

Dessinateur : Igor Kordey – Scénariste : Darko Macan – Editeur : Delcourt, collection Neopolis – Prix : 14,95 euros.