MOUSQUETAIRE - Tome 1. Alexandre de Bastan

, par Estelle

D’Artagnan est chargé par le roi d’empêcher la révélation d’un secret d’Etat. Un récit de cape et d’épée singulier, sur fond de complots politiques. Un démarrage très engageant.

On vous dit "mousquetaire", vous répondez "d’Artagnan" ? Gagné ! La nouvelle série en quatre tomes de Duval et Calvez ("7 Personnages" et trois tomes de "Jour J") s’intéresse au plus célèbre des mousquetaires et… sa part d’ombre. Nous sommes en septembre 1661 et, sur ordre du roi, d’Artagnan arrête le surintendant aux Finances Fouquet. Sachant ses jours comptés également, l’un de ses proches, le duc de Cambre, confie à chacun de ses trois amis une lettre renfermant un secret d’Etat qui pourrait menacer le pouvoir royal. D’Artagnan est chargé de récupérer ces trois courriers, coûte que coûte…
Riche en combats à l’épée, "Mousquetaire" s’avère surtout être une fiction mêlant politique et espionnage, le tout dans une contexte historique, qui nous donne à voir un d’Artagnan exécuteur des basses oeuvres du roi et amant d’une empoisonneuse, ainsi que des personnages secondaires prometteurs tel Alexandre de Bastan, ce jeune mousquetaire gascon idéaliste qui voue une admiration à d’Artagnan. Le récit est plutôt prenant d’autant que le contexte, les costumes et les décors des villes, sonnent justes. Le dessin tout en hachures donnent un petit côté gravure ancienne. Les scènes d’action sont nombreuses et la complexité du scénario promet de multiples rebondissements. Dommage toutefois que le récit perde en clarté à cause de personnages masculins souvent peu identifiables : rien ne ressemble plus à un mousquetaire qu’un mousquetaire on vous l’assure, surtout brun et moustachu !

Dessinateur : Florent Calvez - Scénariste : Fred Duval - Editeur : Delcourt - Prix : 15,50 euros.