LES TAXIS DE LA MARNE

, par Estelle

Septembre 1914 : alors que Paris s’apprête à tomber, une erreur tactique allemande et la clairvoyance du général Gallieni vont mener au "miracle". Un récit classique à la rigueur historique indéniable.

Et hop encore une, les bandes dessinées sur la Première Guerre mondiale auront été légion cette année, anniversaire oblige ! A lui tout seul, l’historien Jean-Yves Le Naour en a signé trois sur le thème : "La faute au midi", "François-Ferdinand" et donc "Les Taxis de la Marne" qui revient sur les circonstances de la fameuse bataille de la Marne, cette incroyable victoire française à seulement une soixantaine de kilomètres de Paris.
Nous sommes en septembre 1914 et tout laisse à penser que la France va perdre la guerre : les troupes allemandes avancent sur la capitale et le gouvernement l’abandonne au général Gallieni qui ne pourra pas tenir longtemps face à l’ennemi. A moins que... Délaissant les champs de bataille pour les bureaux feutrés des états-majors éloignés du front, Le Naour s’intéresse en particulier aux conflits d’égos et aux différences de points de vue entre le général Gallieni qui veut profiter d’une erreur tactique des Allemands et le général en chef Joffre qui s’obstine dans sa stratégie. Même s’il donne son titre à l’album, le fameux épisode des taxis de la Marne lui n’arrive qu’en toute fin d’album.
Le récit est traité de manière très documentaire, loin de la vision glorieuse que l’on nous donne de la bataille de la Marne, reprenant fidèlement débats, tensions et petites phrases passées à la postérité. Cela manque de surprises pour qui connaît bien cette période mais cela reste un bon outil pédagogique, au scénario rigoureux et au dessin réaliste classique, qui a le mérite de réhabiliter le rôle de premier plan de Gallieni. Un dossier de huit pages développe les évènements racontés, phots d’archives à l’appui.