LES SENTIMENTS DU PRINCE CHARLES

, par Estelle

Le pourquoi du comment de la relation amoureuse avec réflexions philosophiques et exemples people à la clé. Une analyse rigoureuse et intéressante.

En refermant "Les sentiments du prince Charles", on comprend certainement davantage pourquoi Charles a quitté Lady Di, où l’ancienne Première dame des Etats-Unis Nancy Reagan a trouvé la force de supporter son légume de mari durant dix ans et comment Whitney Houston a pu supporter l’affreux Bobby Brown... Mais ne nous y trompons pas, cet album multi-primé en Suède depuis sa sortie n’est pas une version dessinée d’un titre de presse people. Ce n’est pas non plus un ouvrage que l’on ouvre pour se vider la tête et pour éclater d’un rire léger et insouciant à chaque page.
"Les sentiments du prince Charles" est au contraire un essai sur les relations homme-femme et la notion même de sentiment amoureux. L’influence du patriarcat sur le libre-arbitre, le rapport entre la jalousie et le droit de propriété sur le corps de l’autre, l’influence de notre société de consommation sur les relations sentimentales, etc, sont quelques uns des thèmes abordés. En gros, hommes et femmes vivraient-ils différemment la relation amoureuse par nature ou du fait du poids de la société depuis des siècles, s’interroge Liv Strömquist.
Citant précisément des travaux de philosophes, psychologues et autres sociologues et expliquant leurs pensées avec des exemples de personnalités politiques ou du showbiz, Liv Strömquist livre donc en 136 pages en noir et blanc un travail documenté au raisonnement rigoureux, forcément un peu teinté de féminisme dans nos sociétés occidentales traditionnellement sexistes. Cela tombe bien car l’intérêt des "Sentiments du prince Charles" réside avant tout dans la réflexion, le dessin naïf et plutôt grossier venant lui surtout alléger des planches très denses en textes et apporter quelques touches d’humour bienvenues. Bref un plaidoyer convaincant pour l’autodétermination et la libération des corps et des consciences qu’on verrait bien nominé pour le prochain prix Artemisia 2013 qui récompense des bandes dessinées réalisées par des femmes.