LES ENQUÊTES DE SÉRAPHIN CANTAREL - Tome 2. Saint Michel, priez pour eux !

, par Estelle

Un cadavre de moine est retrouvé dans la baie du mont Saint-Michel et le descendant d’une famille du site qui veut récupérer une toile spoliée par l’Etat. Une double enquête classique menée par Séraphin Cantarel, héros du romancier Jean-Pierre Alaux.

Après le phare de Cordouan, le deuxième épisode de cette série consacrée à l’adaptation des polars de Jean-Pierre Alaux autour du patrimoine français s’intéresse au mont Saint-Michel. Ce n’est pas la première fois que le célèbre site se retrouve au coeur d’une enquête policière : il y a deux ans, il avait ainsi déjà été le théâtre d’un meurtre mystérieux en 1936, raconté par Marie Jaffredo et Jean-Blaise Djian ("Meurtre au mont Saint-Michel", Glénat).
Cette fois, nous sommes en avril 1978. Séraphin Cantarel, conservateur en chef des Monuments français, est chargé d’évaluer l’impact éventuel de la marée noire de l’Amoco Cadiz sur le monument en attente de classement au patrimoine mondial de l’Unesco et de gros travaux de restauration. Alors qu’il survole la baie en hélicoptère, son attention est attirée par le cadavre d’un moine… Mais lorsque son adjoint Théodore le rejoint, c’est une autre affaire qu’il lui expose : un certain Edouard Bronstein affirme que le musée de Caen détient illégalement une toile d’Eugène Boudin volée à sa famille par les nazis.
Deux affaires a priori indépendantes qui n’en feront évidemment plus qu’une au final, on s’en doute vite… Très classique et rondement menée (on-shot de 56 pages oblige), la double enquête est toutefois bien construite, avec quelques rebondissements et pointes d’humour au programme. En prime, "Saint Michel, priez pour eux !" propose de belles représentations du mont Saint-Michel et quelques anecdotes historiques. Saviez-vous que durant la Terreur le Mont fut transformé en un pénitencier comptant plus de 600 détenus ?

Dessinateur : Michel Suro - Scénariste : Eric Corbeyran - Editeur Delcourt, collection Machination - Prix : 12,50 euros.