LES CERFS-VOLANTS DE KABOUL

, par Estelle

Jolie mise en couleurs et en dessins d’un roman culte sur une improbable amitié entre deux gamins afghans.

Amir, fils d’un riche commerçant, et Hassan, fils de leur serviteur, sont deux gamins inséparables qui grandissent heureux à Kaboul dans les années 70. Mais un terrible évènement - l’agression d’Hassan sans qu’Amir lève le petit doigt - va séparer définitivement les deux amis. En 2001, alors qu’il vit aux Etats-Unis, Amir reçoit un coup de téléphone : "Il existe un moyen de te racheter"...
Vendu à 23 millions d’exemplaires dans le monde et traduit en 54 langues, le roman "Les cerfs-volants de Kaboul" est un véritable best-seller écrit par Khaled Hosseini. Déjà porté au cinéma par Marc Forster en 2008, le roman fait aujourd’hui l’objet d’une adaptation en bande dessinée par les italiens Fabio Celoni et Mirka Andolfo.
N’ayant pas lu le roman d’Hosseini, impossible de juger de la qualité de l’adaptation sachant que la loi du genre oblige toujours à sabrer dans l’histoire afin de faire tenir un pavé dans un album d’une centaine de pages. Le scénario se tient en tout cas, mélangeant dans les bonnes proportions l’action, les sentiments confus d’Amir entre amitié et lâcheté et la vision d’un Afghanistan tourmenté depuis la monarchie finissante jusqu’à l’arrivée des talibans en passant par l’invasion soviétique. Le dessin est réaliste, les couleurs sont belles. "Les cerfs-volants de Kaboul" est une jolie fable sur l’amitié, la trahison et la rédemption.