LE SIGNAL DE L’OCÉAN

, par Estelle

L’évolution sur plus de 50 ans d’une charmante commune côtière qui dans les années 70 a sauté le pas du tourisme de masse. Sans compter sur l’érosion de la dune. Une BD didactique soutenu par le conservatoire du littoral.

Changement climatique, élévation du niveau de la mer, érosion des côtes… le phénomène n’est pas nouveau et commence à être bien connu, surtout de ceux qui en sont les principales victimes : les habitants des communes côtières. Réalisé avec le soutien du Conservatoire du littoral - dont l’objectif est de remettre en état des parcelles côtières menacées par l’urbanisation ou dégradées -, "Le signal de l’océan" raconte l’évolution du petit village de Malberosse, des années 1970 à 2025. Un peu plus d’un demi-siècle entre la construction d’un complexe touristique ambitieux à 200m du rivage et une dune naturelle restaurée avec, entre les deux, une mer qui grignote la côte au point de menacer les immeubles. Malberosse n’est pas sans rappeler Soulac-sur-Mer en Gironde dont l’immeuble "Le Signal" a dû être évacué en 2014.
Pierre-Roland Saint-Dizier ("Normandie, paquebot de légende"), Joub ("Géronimo") et Nicoby ("Sang de sein") s’attachent donc à mettre en avant la force de la nature et les difficultés d’une petite commune à trouver un compromis entre le nécessaire essor économique et le respect de l’environnement. Les dessinateurs signent des planches ensoleillées et chaudes et, en nous emmenant pendant toutes ces années dans les pas du maire, ses interrogations et ses dilemmes, le scénariste fait parfaitement passer le message. Dommage toutefois que l’histoire soit tout entière et si ostensiblement axée sur la problématique au détriment du côté romanesque. Le résultat final est donc un album didactique certes mais pas spécialement emballant. 

Dessinateurs : Nicoby et Joub - Scénaristes : Pierre-Roland Saint-Dizier - Editeur : Vents d’Ouest - Prix : 15,50 euros.