LE CARREFOUR

, par Estelle

Dans la France de 1968, un expert en assurance se penche sur un village accidentogène et par là même sur les traces d’un événement qui a marqué sa vie. Une belle histoire sensible.

Printemps 1968. Elias Baumer, assureur, débarque dans le village d’Yvette-sur-Loing pour enquêter sur le dossier des multiples accidents au carrefour de l’Etoile Rouge. Chaque témoignage d’habitant le rapproche d’un passé qui a bouleversé sa vie. Le soir où, treize ans plus tôt, deux jeunes femmes furent tuées par un conducteur ivre.
C’est une atmosphère particulière que dégage "Le carrefour". Alors que la France entière connait une pénurie d’essence et que la révolte de mai 68 gronde, le récit avance lentement au rythme du personnage, de ses rencontres, de ses réflexions. Etrangement, au fil des discussions, on se rend compte que le carrefour dangereux représente pour le village une sorte de sanctuaire, dont personne ne souhaite finalement la disparition, pour diverses raisons. Toutes aussi étranges sont l’obsession de l’assureur pour ce carrefour, ses relations avec sa fille venue le rejoindre au village et le calme dont il ne se départit jamais. On comprend assez vite les grandes lignes du mystère mais, comme un puzzle, il faut attendre la fin de l’album pour que tout s’éclaire entièrement. Pour dessiner cette drôle ambiance, Grégory Charlet signe des planches douces, un peu hors du temps, avec de très beaux paysages baignés par le soleil et des véhicules sortis de la France d’il y a 50 ans. Une belle histoire.

Dessinateur : Grégory Charlet - Scénariste : Arnaud Floc’h - Editeur : Grand Angle - Prix : 18,90 euros.