LA PEUR GEANTE - Tome 2. L’Ennemi des profondeurs

, par Estelle

Quelques mois après le cataclysme, l’armée tente de découvrir le point faible des dangereuses créatures qui ont pris possession des mers. Une suite au graphisme toujours aussi soigné mais qui manque un peu d’action.

Trois mois après le cataclysme, la moitié de la Terre est désormais sous les eaux et la population fuit vers les montagnes en quête de nourriture et d’eau potable et pour échapper aux mystérieuses créatures marines intelligentes qui infestent les côtes. Objectif de l’armée : capturer l’un de ces Torpèdes – appelés ainsi en référence aux "Torpedo", les raies torpilles dont ils sont a priori l’évolution - pour découvrir leur point faible.
A défaut de nous plonger dans une ambiance de fin du monde effrayante, le premier tome avait tout d’un bon divertissement bien rythmé. Ce deuxième tome offre à nouveaux des planches soignées, quoique plutôt froides, qui nous font découvrir de hauts lieux parisiens submergés. comme la tour Eiffel. Toutefois après un combat sous-marin de haute volée, camouflé en méduse géante, le récit ralentit et les rebondissements se raréfient. La priorité est alors donnée au développement des personnages principaux et à leurs rapports. Tout juste, Kou-Sien Tchei, la scientifique spécialiste du langage animalier, parvient-elle à percer à jour le mode de communication des Torpèdes. Pour savoir quelles conclusions en tirer, il faudra attendre le troisième et dernier opus adapté du roman de Stefan Wul qu’on espère plus spectaculaire.

Dessinateur : Mathieu Reynès – Scénariste : Denis Lapière – Editeur : Ankama – Prix : 13,90 euros.