LA CURIOSITÉ EST UN VILAIN DÉFAUT ou la mortelle maladresse du furet

, par Estelle

Les aventures fatales d’un suricate trop curieux. un succédané du coup du lapin.

L’avantage avec cet album, c’est que le résumé est déjà dans le titre : un animal bien trop curieux qui se retrouve invariablement aspiré, transpercé, empaillé, décapité, écrabouillé, dissous, et on en passe...
Hormis le fait qu’il s’agisse cette fois d’un suricate - devenu un furet par la magie de la traduction... -, ce principe de gags absurdes rappelle furieusement les fameux lapins du Britannique Andy Riley ("Le coup du lapin") qui se suicidaient de toutes les manières possibles et imaginables. Certes, l’auto-destruction massive de lapins s’était avérée plutôt réjouissante mais, aujourd’hui, la mort pathétique de ce benêt de furet-suricate a comme un goût de déjà-vu : gags courts et muets se terminant par la mort du "héros", format à l’italienne, dessin simple en noir et blanc... rien de plus qu’une nouvelle variante de génocide de bestioles à fourrure.