LA BALLADE DES DANGEREUSES, journal d’une incarcération

, par Estelle

Enième séjour en prison pour Valérie Zézé, voleuse multirécidiviste. Un témoignage authentique sur le quotidien en prison.

Valérie Zézé, numéro d’écrou 4827, débarque dans la maison d’arrêt de Berkendael en Belgique. Un lieu qu’elle connaît bien puisque c’est la huitième fois qu’elle y est incarcérée pour vol. Dans ce one-shot témoignage, les sœurs Anaële et Delphine Hermans racontent l’histoire vraie de cette voleuse multirécidiviste rencontrée en septembre 2015 dans une association d’accueil d’urgence à Bruxelles.
Avec celle qui est surnommée "madame Zézé", le lecteur entrouvre les portes de l’univers carcéral féminin. Quotidien routinier, règles strictes, absence d’intimité et de liberté, promiscuité et rapports de force entre détenues pèsent sur le moral tandis que les petits trafics permettant de se faire un petit joint, le travail, la religion et les visites des proches ne sont que des pis-aller qui permettent de tenir. Malgré un dessin assez naïf et sans beaucoup de décors, le témoignage est précis. Raconté à la première personne, il dresse un portrait sans misérabilisme et plutôt attachant de Valérie Zézé, ancienne professeur de français tombée dans la délinquance à cause de la drogue et bien décidée cette fois à reprendre sa vie en main. L’épilogue, porteur d’espoir, montre d’ailleurs une "madame Zézé" libre, sortie de cure de désintoxication, avec des photos hors des murs de la prison.

Dessinatrice : Delphine Hermans - Scénariste : Anaële Hermans - Editeur : La Boîte à bulles- Prix : 20 euros.