L’IDOLE ET LE FLEAU - Tome 1. Syndrome 6/3/27

, par Estelle

Parce que tous les enfants meurent à l’âge de six ans, l’Humanité va a sa perte. A moins que... Une nouvelle série d’anticipation intéressante qui ne convainc pas totalement.

Alors que le risque de pandémie concernant la grippe A H1N1 s’éloigne, le mystérieux fléau qui touche la planète dans "L’idole et le fléau" est autrement plus dramatique : depuis le 18 juin 2012, plus aucun enfant ne vit au delà de 6 ans, 3 mois et 27 jours ("syndrome 6/3/27"). Le message découvert sur la messagerie privée d’une victime d’un attentat commis en Australie en 2025 permettra-t-il de sauver une Humanité qui menace de s’éteindre dans les 70 prochaines années.
Avec une thématique assez proche du roman et du film "Le fils de l’homme" (dans une société futuriste où les êtres humains ne parviennent plus à se reproduire, une jeune femme tombe enceinte), Bolley ("Apocalypse mania") et Kordey ("L"histoire secrète") nous ont concocté une série d’anticipation prévue en quatre tomes. Quatre tomes pour sauver l’Humanité et un premier opus globalement intéressant tant il est vrai qu’à partir d’un postulat de départ plutôt alléchant, les auteurs maintiennent la curiosité en éveil et donnent envie de comprendre le rapport entre le fléau et l’attentat australien.
Toutefois, "L’idole et le fléau" n’est pas exempt de défauts. D’abord, l’album s’ouvre sur une scène qui se déroule en Allemagne à la commanderie de l’Ordre SS en Allemagne, en juin 1935. Les nazis s’emparent d’un miroir, trésor occulte de l’Ancienne Egypte synonyme de puissance. Même si les auteurs se gardent pour l’instant d’établir un rapport avec le fameux syndrome 6/3/27, on a légitimité pour croire que les SS auraient pu déclencher un tel fléau. Ce qui, avouons-le, n’est plus très original... En outre, certaines invraisemblances sautent aux yeux comme la naissance d’un bébé pour la première fois en deux ans sur la Terre entière (comme si personne n’avait eu envie de tenter le coup malgré tout ou qu’un "accident" ne pouvait plus arriver...), la mode vestimentaire qui en 2025 ressemble furieusement à celle d’aujourd’hui ou les ordinateurs qui en 15 ans auront certainement un peu changé. Un petit effort d’imagination aurait rendu la série plus réaliste.