KOBA

, par Estelle

Staline revient sur les lieux de sa déportation à la recherche d’un tableau victime d’étranges phénomènes... Un récit déroutant mêlant fantastique et Histoire.

Scénariste prolifique, Dufaux revient avec un one-shot original, revisitant de manière surprenante l’Histoire de la Russie : nous sommes à la fin des années 40 et Staline fait le voyage pour la zone 49 en Sibérie où il avait été déporté à l’époque où il se faisait appeler Koba. Il veut comprendre pourquoi sur un tableau dans lequel il est représenté, les personnages disparaissent un à un...
Le fond est historique mais la trame du récit est résolument fantastique. Très vite en effet, on est plongé dans une histoire de... vampires ! Le rapport avec le Petit père des peuples laisse d’abord perplexe mais finit par sauter aux yeux : quoi de plus évident que de faire le lien entre des suceurs de sang et un tyran sanguinaire ? Ce scénario plutôt étrange est relayé par le dessin impeccable de Penet ("Les nuits écorchées", "Lorenzaccio") au trait réaliste et qui exhale une ambiance froide un peu dérangeante. "Koba"déstabilisera certainement les amateurs d’Histoire pure mais on ne pourra toujours pas reprocher à Dufaux un manque d’imagination.

- Delcourt