JOUR J – Tome 31. Le Prince des ténèbres (3/3)

, par Estelle

Les attentats de 2001 n’ont pas eu lieu mais Al-Qaïda reste une menace. Conclusion d’un triptyque d’uchronie géopolitique rondement mené.

Décidément ce bon vieux Bob a le chic pour se mettre dans des situations improbables. Pour la troisième et dernier volet du "Prince des ténèbres", cet agent rebelle de la CIA déboule en kilt et tee-shirt Motörhead dans un souk de Bagdad, deux types patibulaires à ses trousses. Nous sommes en 2006, les attentats du 11 septembre 2001 ont été évités, l’Irak est devenue une démocratie et une destination touristique majeure. Mais Robert Baer dit "Bob" en est persuadé, Ben Laden et Al Qaida sont toujours actifs.
Uchronie géopolitique et d’espionnage crédible et bien construite, la trilogie s’avère plutôt convaincante même si dans ce dernier tome, il est un peu plus difficile de croire que Bob, malgré son talent, soit à lui seul capable de résoudre autant de conflits dans le monde arabe...Mais on ne s’ennuie pas, c’est l’essentiel, d’autant que le duo Robert Baer et John O’Neill, le patron du FBI - dans la réalité cet expert américain de l’antiterrorisme qui avait tenté en vain d’avertir l’administration Bush d’un probable attentat sur le sol américain et a été tué lors des attentats du 11 septembre 2001 à New York – joue une partition assez comique qui fonctionne bien. Quant au dessin du Croate Igor Kordey ("Le coeur des batailles"), il est plutôt dynamique. Dommage que les visages soient aussi peu expressifs, en particulier dans les scènes parlées où jamais personne n’ouvre la bouche !

Dessinateur : Igor Kordey - Scénaristes : Fred Duval et Jean-Pierre Pécau - Editeur : Delcourt - Prix : 15,50 euros.