JOLLY JUMPER NE REPOND PLUS

, par Estelle

Un Dalton en grève de la faim parce que sa mère a été kidnappée et un Jolly Jumper en pleine crise de mutisme. Une version très personnelle et très poilante de Lucky Luke.

Guillaume Bouzard emboîte le pas à Matthieu Bonhomme qui en 2016 avait mis à sa sauce le célèbre cow-boy de 70 ans ("L’homme qui tua Lucky Luke"). Si Bonhomme avait opté pour un style réaliste et plutôt adulte, Bouzard, lui, plonge allègrement dans la farce avec cette histoire tournant autour de deux axes : d’un côté, le procureur qui demande à Lucky Luke d’aller s’enquérir auprès de Jack Dalton pourquoi il fait une grève de la faim en prison ; de l’autre, Jolly Jumper qui lui fait la tête et qui ne lui répond plus ! Et Lucky Luke sans la complicité de son fidèle destrier, ce n’est plus tout à fait Lucky Luke…
Hormis les couleurs contrastées aux grands aplats, le style Bouzard n’a pas grand chose à voir avec celui de Morris ou d’Achdé mais ce n’était évidemment pas le but recherché. Le dessin est donc minimaliste, les personnages ont des gros nez, les bulles mangent l’espace et surtout l’auteur de "The autobiography of a mitroll" ou des "Poilus" détourne les codes de la série en enchaînant un nombre incroyable de blagues à deux ou trois balles. On pourra sans doute objecter qu’il en fait un peu trop, que l’accumulation de gags nuit au scénario et que l’intrigue est un peu mince. Qu’importe, car si en refermant "Jolly Jumper ne répond plus" on ignore toujours pourquoi le cheval fait la tête, le lecteur sait au moins pourquoi il a beaucoup ri tout au long des 48 pages de l’album.

Dessin et scénario : Guillaume Bouzard - Editeur : Lucky Comics, Dargaud - Prix : 13,99 euros.