JEAN-CLAUDE TERGAL - Tome 10. ... Ne rentre pas seul ce soir

, par Estelle

Jean-Claude hérite d’une inconnue dans un train. Une femme enfin ?! Sauf que la demoiselle a tout l’air d’être morte... Un dixième tome qui permet au plus grand nigaud de l’univers de ne pas rentrer seul chez lui mais qui nous laisse, nous, sur notre faim.

Dans un TGV, un homme demande à Jean-Claude Tergal de veiller quelques minutes sur sa femme qui aurait avalé trop de somnifères. Mais l’homme prend la poudre d’escampette, laissant notre héros avec ce drôle de "bagage" qui semble plus mort que vif...
On aime bien Jean-Claude, ce grand benêt à l’invariable doudoune orange qui à défaut d’avoir inventé l’eau chaude nous fait bien rigoler. Alors quand notre célibataire endurci préféré réussit à ramener une femme chez lui, on est content pour lui, quelles que soient les circonstances. On est donc d’autant plus déçu en refermant ce dixième opus... Bien sûr Tronchet joue toujours à fond sur la misère sentimentale (et sexuelle) de Jean-Claude et son incapacité permanente à prendre la bonne décision. On aime aussi les bonnes idées de l’album, en particulier sa façon d’expliquer que c’est à cause de la ligne Maginot qu’il est aujourd’hui traumatisé par les bruits de mastication de ses voisins de table ! Mais globalement, "Jean-Claude Tergal ne rentre pas seul ce soir" laisse un goût d’inachevé et manque de cet humour potache qu’on appréciait tant dans les albums précédents.