JASON ET LA TOISON D’OR - Tome 3. Les maléfices de Médée

, par Estelle

Fin de la quête de Jason pour la Toison d’or. Une épopée agréable même si un peu expéditive qui doit beaucoup au personnage de Médée.

La Toison d’or est désormais à portée de main. Certes, il reste à Jason à remporter les trois épreuves - dompter les taureaux d’Héphaïstos qui soufflent du feu par leurs naseaux, affronter une horde de guerriers puis un terrifiant dragon - données par le roi de Colchide, Aeétès, mais il peut compter sur l’aide de la sorcière Médée qui n’est autre que la fille du souverain.
Figurant parmi les mythes les plus célèbres de l’Antiquité, celui de Jason et la Toison d’or est particulièrement riche en rebondissements. Pas étonnant de ce fait qu’en plus d’en faire une trilogie, il a fallu enchaîner rapidement les épreuves, surtout entre le départ de Colchide de Jason et des Argonautes (Héraclès, Thésée, Orphée, etc) et l’arrivée à Iolcos, au palais de Pélias. Un côté expéditif un peu regrettable mais qui n’empêche pas une lecture agréable et distrayante sur un dessin dynamique, d’autant que Médée a de la ressource ! En comparaison, Jason semble même un peu fade. On regrette d’ailleurs de ne pas en apprendre davantage sur le passé familial de la jeune femme, capable d’autant d’atrocités vis-à-vis de son père et de son petit frère… Des éléments d’explications sont donnés en fin d’album dans le traditionnel cahier écrit par l’ancien ministre de l’Education Jules Ferry mais on aurait aimé qu’ils soient davantage intégrés au récit. Un regret aussi : que le récit s’arrête à Iolcos alors que la vie de Jason et son épouse va prendre dans les années suivantes une tournure extrêmement dramatique. Médée aurait vraiment mérité une histoire à elle seule !

Dessinateur : Alexandre Jubran - Scénariste : Clothilde Bruneau - Editeur : Glénat, collection La Sagesse des Mythes - Prix : 14,50 euros.